Le printemps est bien là et les renouées sont déjà bien avancées tout autour de nous, dans les terrains vagues, sur les bords de route et des autoroutes ou peut-être chez votre voisin. Nos grands-mères ont admiré ses grappes de fleurs blanches, les abeilles adorent son pollen et nos contemporains pestent contre sa prolifération incontrôlable. C'est l'histoire d'une plante exotique introduite au milieu de 19° siècle, en provenance, comme son nom l'indique, du Japon, et aussi d'autres contrées d'Asie; une plante, que nos ancètres ont certainement trouvée intéressante mais ils étaient loin de s'imaginer qu'elle allait se multiplier à cette allure. Effectivement, une fois lachée dans la nature, elle est devenue incontrôlable. Car elle est coriace, notre petite renouée ! En effet, elle ne laisse plus une seule chance à nos plantes indigènes de se développer tant son feuillage est dense. Il paraitrait que ses racines dégagent une substance "poison" qui feraient périr les autres espèces aux alentours. Elle a donc l'esprit de compétition bien en elle. 

Posons donc ici un acte en faveur de la biodiversité en ne la laissant pas s'installer chez nous. Il est bien sûr utopique de l'éradiquer totalement mais tout un chacun peut néanmoins apporter sa pierre à l'édifice. Cette plante est un danger pour la nature, pour notre nature. Alors, de grâce, arrachez, arrachez et arrachez encore ! Les herbicides systémiques fonctionnent bien mais ça revient cher car il faut mettre le dosage maximal. L'huile de coude et la patience donnent de meilleurs résultats quand l'étendue n'est pas trop importante. A force d'arracher les pousses, la plante s'épuise et ne refera plus de jets. Si en plus, vous parvenez à arracher les rhizomes, c'est encore mieux ! Veillez à ne pas laisser de morceaux de racines, auquel cas elle se réimplanterait très rapidement en reformant un autre rhizome. Pour l'anecdote, mes petites chèvres adorent les pousses de renouées.

A noter que la plante est comestible. Je n'ai pas essayer mais les jets se mangent. Il parait qu'on peut même en faire de la compote... Bon si vous avez testé, donnez-moi votre avis ! Je suis curieuse.

Pour la reconnaître quand elle est jeune:

DSC_0675

DSC_0690

Ici des pousses de l'année passée

DSC_0689